Detroit est en faillite

LeDevoir. Jadis perçue comme le symbole de la puissance industrielle des États-Unis, Detroit est devenue la plus grande ville américaine à déclarer faillite, jeudi, ployant sous le poids d’un bilan financier désastreux, des quartiers déserts et une économie locale sur le déclin.

La faillite, qui était anticipée depuis plusieurs mois déjà, place la ville dans une position précaire qui pourrait se traduire par le licenciement d’employés municipaux, la vente d’actifs, la hausse des tarifs et une diminution encore plus accentuée de services publics de base déjà réduits, tels la cueillette des ordures et le déneigement des rues.

Kevin Orr, un expert en faillite d’entreprises embauché par l’État du Michigan en mars dernier pour tenter de mettre de l’ordre dans les livres de la municipalité, a déposé jeudi à la cour les documents pour demander l’autorisation de déclarer faillite.

Egypte: coup d’état ou pas?

Ou : pourquoi la Maison Blanche ne réagit pas à l’activité en Egypte!

BBC. When is a coup not a coup? With $1.5bn on the line

L’Égypte s’engage dans un sentier bien connu: celui de la guerre civile. Depuis une semaine déjà, je me dis que cà ressemble de plus en plus à l’Algérie (guerre civile de 92 à 97)

Cependant, l’impact géopolitique d’une guerre civile Égyptienne serait beaucoup plus important. L’Égypte compte 84 millions de citoyens alors que l’Algérie en comptait 34 millions. Il ne faut pas négliger cet impact sur le monde musulman dans son ensemble qui mijote encore dans son printemps arabe.

Fukushima : hausse phénoménale du taux de césium radioactif

LeMonde. Le gérant de la centrale accidentée de Fukushima a annoncé mardi 9 juillet avoir constaté une multiplication par 90 en trois jours du niveau de césium radioactif dans un puits de prélèvement situé entre les réacteurs et la mer.Cette énième mauvaise découverte suscite de nouvelles interrogations sur la propagation de l’eau souterraine contaminée.

Selon les prélèvements effectués le 8 juillet, l’eau souterraine en un point situé à environ 25 mètres de la mer contenait 9 000 becquerels de césium 134 par litre et 18 000 becquerels de césium 137, contre respectivement 99 becquerels/l et 210 becquerels/l trois jours auparavant. Le facteur de multiplication dans ce court laps de temps est de 91 fois dans le premier cas et 86 dans le second.

INCERTITUDES SUR UNE POSSIBLE CONTAMINATION

« Nous ne sommes pas pour le moment en mesure de dire si l’eau contaminée s’écoule ou non dans la mer », a déclaré Tepco à la presse. Le groupe promet toutefois de renforcer les contrôles et de prendre des dispositions pour empêcher de contaminer davantage l’océan Pacifique voisin.

Lac-Mégantic: treize morts, quarante disparus

Photo : Jacques Nadeau – Le Devoir. Le fait qu’un train chargé de pétrole se soit déplacé sans conducteur dans le coeur d’une petite municipalité pour ensuite détruire une partie de son centre-ville domine les manchettes des articles publiés dans le monde.

 

LeDevoir. Lac-Mégantic — Huit nouvelles victimes ont été retrouvées aujourd’hui par les équipes d’enquête sillonnant le secteur dévasté de Lac-Mégantic, portant à treize le nombre de décès confirmés par les autorités. Une quarantaine de personnes manquent toujours à l’appel, selon le dernier bilan de la police, et deux des cinq dépouilles retrouvées depuis le début des opérations de secours ont été acheminées vers Montréal, où une fastidieuse opération d’identification est commencée. Les policiers n’ont toujours pas accès au secteur crucial de la scène de crime, soit le site du Musi-Café, un resto-pub situé tout près de la voie ferrée et qui aurait reçu le pire impact. On s’attend à retrouver là le plus grand nombre de victimes. L’enquête sur la collision et le déraillement du train progresse, a indiqué le sergent Benoît Richard, de la Sûreté du Québec, en fin d’après-midi, lundi.
Le sergent a révélé que ses agents et les autres experts déployés sur le terrain ont maintenant accès à l’ensemble des lieux du drame, qualifié de «zone rouge». Les policiers indiquent que plusieurs témoins ont été rencontrés au cours des dernières heures afin de déterminer les circonstances de la catastrophe. Un encadrement particulier est aussi offert aux familles des personnes disparues.
Trois experts du Service de la pathologie de Montréal participent entre autres aux recherches, a indiqué le sergent Richard. Un travail d’expertise d’identification des corps sera mené au cours des prochaines heures sur les cinq corps retrouvés en fin de semaine. Des fiches dentaires seront entre autres utilisées pour tenter d’identifier les corps retrouvés.

LeDevoir. La tragédie de Lac-Mégantic était la troisième nouvelle la plus médiatisée lundi matin dans le monde. Autant en Chine qu’en Nouvelle-Zélande ou en Arabie saoudite, les médias ont accordé une large place à cet accident ferroviaire aux conséquences dramatiques. Sur les réseaux sociaux, plusieurs abonnés s’attaquent maintenant aux dirigeants du transporteur Montreal, Maine and Atlantic Railway.

«À la télévision, dans les journaux ou à la radio, la situation à Lac-Mégantic est la troisième nouvelle la plus importante dans le monde entier. C’est ce que nous pouvons conclure en analysant le contenu des médias de 160 pays de la planète», révèle Ève Couture, directrice du service-conseil chez Influence Communication.
La firme, qui calcule le poids médias de chaque nouvelle, indique qu’il est rare qu’un événement québécois obtienne une si large couverture médiatique dans le monde.

L’espionnage américain empoisonne les relations avec l’Europe

LaPresseLe programme mis en place par les États-Unis pour espionner leurs partenaires de l’Union européenne (UE) a causé une «rupture de confiance» et pourrait déclencher une «crise politique sérieuse», ont averti lundi les Européens, prêts à sanctionner un comportement jugé inacceptable.

«S’il est vrai que les Américains ont espionné leurs alliés, il y a aura des dégâts politiques. Cela dépasse de loin les besoins de sécurité nationale. C’est une rupture de confiance et on est parti pour quelque chose de très sérieux», a confié à l’AFP un responsable européen.

Pour le président français François Hollande, «les éléments sont déjà suffisamment réunis», et il a demandé aux États-Unis que «cela cesse immédiatement».

Guardian. NSA spying row: bugging friends is unacceptable, warn Germans

US attempts to downplay spying allegations as growing European anger threatens to derail transatlantic trade talks

La trahison d’Obama

Observer. From hope to fear: the broken promise of Barack Obama

Over the last two weeks, the world has seen an extraordinary series of revelations about the scale, size and activities of the National Security Agency under Obama’s administration. Though he came to power decrying the secret actions of Bush, Obama has embraced and extended many of the same activities. His NSA uses a secret court system to get permission for its shadowy work, hauls out “metadata” on millions’ of Americans’ phone calls, taps into the biggest and most powerful internet companies of the Information Age – Facebook, Skype, YouTube, Yahoo, Google – to monitor and snoop. Its tools have names like Prism and Boundless Informant, as if their inventors were all too aware that they resembled dystopian science fiction.

Yet Obama has flippantly dismissed the controversy. Resorting to the worst tactics of the Bush years, his message is: “Trust us. We’re the good guys.” And then Congress is briefed – in secret, of course – about the “dozens” of terrorist plots such industrial-scale espionage has stopped.

How on earth did we get here from Boston, 2004? Bush – a cipher of a politician whose only belief was in his right to rule – surrounded himself with Dick Cheney, Donald Rumsfeld, John Bolton and an army of whispering neocons. Obama does not have that excuse. When his staff meets to mull over the latest names in their killing programme – an event dubbed “Terror Tuesdays” – Obama himself is often present.

Neither is Obama ignorant of the law; he’s a constitutional law professor. In turning America into a national security state, the awful truth is that he knows full well what he is doing.