Fonte record des glaces de l’Arctique en 2012

LeDevoir. Il ne se passe pratiquement pas une semaine sans qu’un nouveau rapport scientifique vienne mettre en lumière les impacts des bouleversements climatiques planétaires. Cette fois, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) fait état d’une fonte «record» des glaces de l’Arctique l’an dernier.

Dans son rapport annuel sur le climat, publié jeudi à Genève, l’organe onusien a souligné que «la fonte record» de la banquise de l’Arctique, constatée en août-septembre 2012 (3,41 millions de km2), s’est traduite par un chiffre inférieur de 18 % au précédent record en 2007 (4,18 millions de km2).

«Le chiffre de cette année représente une diminution de 49 % par rapport à la moyenne des minima pour la période 1979-2000 », a ajouté l’organisme. La calotte glaciaire du Groenland a également «très fortement fondu début juillet», atteignant «97 % » à la mi-juillet, et il s’agit «de la fonte la plus importante depuis le début des observations satellites, il y a 34 ans».

L’OMM a en outre confirmé que l’année 2012 se classe parmi les dix années les plus chaudes jamais observées, depuis le début des relevés en 1850. «Pour la 27e année consécutive, la température moyenne à la surface des terres et des océans se trouve au-dessus de la normale, calculée pour la période 1961-1990», a précisé l’OMM, en ajoutant que les années comprises entre 2001 et 2012 «comptent toutes parmi les 13 années les plus chaudes jamais observées».

C’est un «signe inquiétant du changement climatique», a déclaré Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM. « Bien d’autres phénomènes extrêmes se sont produits en 2012, comme des sécheresses et des cyclones tropicaux. La variabilité naturelle du climat a toujours donné lieu à ces extrêmes, mais les caractéristiques physiques de ces phénomènes météorologiques et climatiques résultent de plus en plus du changement climatique », a-t-il ajouté.

«Le réchauffement continu de la basse atmosphère reste inquiétant», a insisté M. Jarraud. Et selon lui, «le réchauffement va se poursuivre», en raison de la hausse des concentrations dans l’atmosphère des gaz à effet de serre.

De plus en plus de CO2

Une réflexion sur “Fonte record des glaces de l’Arctique en 2012

  1. « Nous voulons aider la société bretonne à prendre conscience des changements qui se préparent et faire ce qu’il faut pour que ce soit le moins difficile à vivre », résume Dominique Ramard, président de la commission Environnement à la Région. « C’est maintenant qu’il faut agir pour s’y préparer ». Car le réchauffement a déjà commencé, de manière plus ou moins sensible, à la surface du Globe. « En Bretagne, la température moyenne a gagné un degré en 30 ans, pour s’établir aujourd’hui à 12º », constate Franck Baraer, spécialiste en climatologie à l’établissement Météo France de Rennes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s