Travail: Nivellage vers le bas

LeDevoir. Coup sur coup, le gouvernement conservateur canadien et celui, républicain, du Michigan viennent d’adopter des lois pour faire la vie dure aux syndicats. Pendant ce temps, en Colombie-Britannique, une compagnie minière chinoise n’embauche que des employés temporaires de son pays d’origine sous prétexte de rareté de main-d’oeuvre. Attention, chaud devant !

Le droit d’association qui fait aujourd’hui partie des droits fondamentaux n’est pas le résultat d’un élan de générosité des gouvernements. Il a fallu des décennies de conflits et de sacrifices pour en arriver aux lois du travail que nous connaissons. Si quelques-unes de ces lois paraissent déséquilibrées, telle la formule Rand, qui oblige tous les employés d’une unité de négociation à payer une cotisation syndicale, il s’agit généralement du résultat de compromis qui ont aussi profité aux entreprises, comme de n’avoir à négocier qu’avec un seul syndicat.

En adoptant, cette semaine, la loi du right-to-work, qui abolit l’obligation de payer une cotisation à un syndicat pour pouvoir travailler dans un milieu syndiqué, l’État du Michigan a rompu cet équilibre.

Pour la droite, il s’agit d’une victoire de la liberté individuelle qui aura un impact positif sur l’investissement et l’emploi. Pourtant, aucune étude sérieuse ne prouve que les États où une telle loi a été adoptée ont connu des hausses plus importantes qu’ailleurs. En fait, les seuls qui profiteront du changement sont les actionnaires. Comme le président Obama l’a bien résumé, « le right-to-work, c’est le droit de travailler pour gagner moins ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s