Arrogance + élections = désastre

LaPresseCa.   Vincent Marissal
Près de quatre mois de crise, l’impasse. Pas l’ombre du début d’un dénouement. Et pourtant, au sein du Parti libéral du Québec (PLQ), pas un mot, pas une seule critique, aucune remise en question. Tout va bien, Madame la marquise…

La plus grande force du PLQ, on le dit souvent, c’est sa discipline, son esprit de corps, son unité dans la recherche du pouvoir et sa loyauté envers le chef qui l’y conduit.

Mais là, franchement, ce n’est plus de la discipline. Nous sommes plutôt dans la soumission béate qui réduit ce qui fut jadis une grande institution politique en un complice d’un des pires fiascos ayant frappé le Québec depuis longtemps.

Reste-t-il une seule personne au sein de ce parti, chez les militants, au caucus, au cabinet ou chez les conseillers, capable de se lever et de dire l’évidence: le roi est nu!

Apparemment, non. Personne.

En fait, oui, ouvertement du moins: un militant de l’ouest de Montréal, Clifford Blais, médecin de son état et pourfendeur de Jean Charest, un «chef faible et déconnecté qui doit partir pour le bien du PLQ», dit-il.

D’autres parlent sous le couvert de l’anonymat, mais ils sont peu nombreux et se font discrets de peur de subir l’opprobre.

La crise perdure et s’enlise? On tient le cap, disent les militants et les organisateurs. C’était le message à Victoriaville, au pire moment de la crise. Tenir jusqu’aux prochaines élections. Quoi qu’il advienne. Peu importe le prix à payer pour le Québec. Les élections: le but ultime. Gagner ces élections, peu importe comment, est devenu le seul but, le seul objectif de ce parti.

Le fait qu’une ministre de l’Éducation et vice-première ministre, Line Beauchamp, soit tombée au combat ne semble pas émouvoir les libéraux, au contraire. Au lendemain de la démission de Mme Beauchamp, des présidents d’association de circonscription ont tenu une conférence téléphonique pour se dire que tout allait bien, que le gouvernement avait la bonne stratégie. Tout va bien, Madame la marquise…

Le fait que le gouvernement libéral (le parti, au fait, qui a adopté la Charte des droits et libertés du Québec) ait pondu en catastrophe une loi spéciale controversée et décriée par la rue, par le Barreau, par les profs de droit et même par l’ONU n’a pas semblé, non plus, inquiéter qui que ce soit au sein du caucus libéral (sauf Pierre Paradis, dont la dissidence est devenue la norme au point de provoquer haussements d’épaules et sourires entendus chez ses collègues). J’ai du mal à croire que parmi les députés libéraux, tous les juristes, avocats, recteurs et anciens journalistes soient TOUS d’accord avec cette loi. Pourtant, oui, officiellement.

Dans la famille libérale, seuls quelques «anciens», les Gérin-Lajoie, Cournoyer, Castonguay ou Rivest doutent à voix haute. Visiblement, Jean Charest n’en a cure.

À Victoriaville, pendant que des manifestations d’une rare violence se déroulaient dans les rues et que, à Québec, le gouvernement et les leaders étudiants négociaient jour et nuit, c’est à peine si les instances du PLQ ont abordé la question du conflit étudiant dans leurs réunions à huis clos. Ces instances, contrôlées de près par des fidèles de Jean Charest, ont plutôt parlé de stratégie électorale, de positionnement, de plan de communication et même de l’image du chef, qui devrait se montrer sous un jour plus amical. Un Jean Charest relax, en bras de chemise, au BBQ, près des gens… Vraiment, tout va bien, Madame la marquise.

Des membres de la haute direction du parti ont aussi vanté devant les militants, encore une fois, les mérites du Plan Nord si cher à Jean Charest, comme si de rien n’était, comme si on ne sentait pas, au sein de la population, des doutes et même de la suspicion à l’égard de ce projet.

Pourtant, certains militants et conseillers savent que tout n’est pas si rose. Derrière les portes closes, de rares voix discordantes s’élèvent parfois pour dire que le bilan du gouvernement n’est pas reluisant et que la cote du chef est au plus bas. La principale critique à l’endroit de Jean Charest est qu’il est arrogant, un message qui a été lancé par certains militants, mais qui ne se rend apparemment pas au chef. Et s’il s’y rend, il est balayé du revers de la main.

Les conseillers de Jean Charest, en dépit de leur apparente confiance, sont très au courant du problème d’image du chef libéral. Les groupes de consultation et les sondages menés depuis quelque temps ont donné la même conclusion: arrogant. Cette impression est répandue, en particulier chez les femmes de 30 à 45 ans, un segment clé de l’électorat. Ces électrices sont d’abord préoccupées par l’environnement et l’éthique. Comme on l’a vu hier, le gouvernement parlera beaucoup d’environnement d’ici aux élections, avec des annonces intéressantes et avec un bilan enviable.

Pour l’éthique, toutefois, le défi est de taille. Difficile de se draper dans le linceul de l’éthique quand on a refusé si longtemps, contre vents et marées, de créer une commission d’enquête sur les liens entre construction et politique.

Quant à l’arrogance, celle qui irrite tant l’électorat féminin (mais pas exclusivement!), disons que les récentes entrevues de Jean Charest, en particulier celle accordée à Céline Galipeau jeudi soir, ne feront rien pour rendre le chef libéral plus sympathique.

Pour joindre notre chroniqueur: vincent.marissal@lapresse.ca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s