Loi 78 : la rue choisit la désobéissance pacifique

LeDevoir. Les organisateurs estiment à 250 000 le nombre de participants à la manifestation ayant souligné les 100 jours de grève étudiante, hier, à Montréal.

Au centième jour d’un conflit qui s’enlise, la rue a répondu à la loi spéciale adoptée la semaine dernière par l’Assemblée nationale par un immense pied de nez : la quasi-totalité des manifestants – 250 000 selon les organisateurs – ont bifurqué du trajet soumis aux forces de l’ordre, bafouant ainsi des dispositions de la loi 78 sous l’oeil généralement tolérant des policiers.

Pour certains, cet imbroglio, qui s’est présenté dès le départ de la marche, alors que des dizaines de milliers de personnes suivant la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) ont décidé de tourner à gauche dans la rue Sherbrooke plutôt que de suivre le trajet qui avait été donné par les syndicats et les représentants des deux fédérations étudiantes collégiale et universitaire (FECQ et FEUQ), incarne « l’absurdité » de la loi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s