Moyen-Orient: les enjeux économiques et financiers

LeMonde . Au-delà des aspects politiques et sociaux des diverses insurrections qui secouent le Moyen Orient, il n’est pas inutile de tenter –avec tous les risques de ce genre d’exercice en pleine crise- de cerner les enjeux de nature économique et financier auxquels nous sommes confrontés.

Le premier qui saute aux yeux, c’est l’enjeu énergétique : Il n’est pas inutile de faire la distinction entre le pays pétrolier qu’est la Libye (18ème producteur mondial) et les autres pays, Bahreïn, Maroc, Jordanie, Tunisie, Yémen et Égypte qui n’ont pas la chance d’avoir des champs pétrolifères importants dans leur sous-sol. Or, la Libye est un « petit » pétrolier qui n’exporte que 1,4 millions de barils par jour, sur un total d’environ 85 millions de barils produits dont plus de la moitié est produite en dehors du Moyen Orient. Sa population de 6,5 millions d’habitants ne bénéficie pas de cette manne qui remplit les poches de ses dirigeants. Savez-vous que le premier pays producteur de pétrole est la Russie, suivie de l’Arabie Saoudite, et  qu’ils produisent à eux seuls 25% de la production mondiale ?

Pourquoi dès lors avons-nous connu une hausse subite de 20% ? L’aspect psychologique et le manque de connaissance de ces réalités économiques fondamentales, mais aussi une spéculation qui a bénéficié de cette ignorance et de l’effet dramatisé et amplifié par les scènes dramatiques retransmises par la télévision expliquent partiellement cette hausse brutale. Un certain repli s’est fait ressentir ce lundi. Il est difficile de savoir exactement le rôle joué par les traders en matières premières dans ce contexte, mais la hausse dépasse de très loin les enjeux. Il est plus que temps de limiter la bulle spéculative qui avait déjà fait de graves dégâts en 2008-2009. Même si son pétrole est moins « bon », l’Arabie Saoudite a immédiatement, avec Abu Dhabi, annoncé qu’ils feraient la différence si la production libyenne devait continuer à décroître : elle est en baisse des deux-tiers avec une production de 500.000 barils.

Et le pétrole dans tout ça ?

Les révoltes dans les pays arabes ont perturbé la production pétrolière. Il est temps pour les économies occidentales de réfléchir à des solutions pour leur approvisionnement énergétique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s