Québec, pétrole et avenir

Communiqué de presse

RNCREQ (Regroupement national des conseils régionaux de l’environment du Québec)
Montréal, 13 nov 2008 – Profitant du dévoilement hier d’un important rapport de l’Agence internationale de l’énergie (IEA), le Regroupement des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ) annonce qu’il entend mettre en avant, dès le printemps 2009, une consultation de l’ensemble des régions du Québec sur l’enjeu fondamental de la réduction de la dépendance de la société québécoise au pétrole.

La réduction de la disponibilité du pétrole est inévitable, et comme le souligne l’IEA, il semble que cela se fera plus tôt que tard. Mieux vaut donc s’y préparer plutôt que de réagir à cette crise pouvant engendrer de nombreux effets négatifs sur les économies et les sociétés. Fortement dépendant du pétrole, le Québec est particulièrement vulnérable. Mais il a aussi la chance de pouvoir compter sur un territoire et des ressources pouvant lui permettre d’en sortir gagnant.

Pour les 16 conseils régionaux de l’environnement (CRE), cet important virage n’est toutefois possible que s’il peut s’appuyer sur un fort appui de la population. Cette consultation devient donc un passage obligé pour permettre à la société québécoise de se doter d’une vision et d’un plan structuré visant le remplacement progressif du pétrole par les ressources énergétiques québécoises. Il s’agit donc de transformer dès maintenant nos craintes face à une crise mondiale de l’énergie en saisissant les opportunités pour le Québec. Il faut s’y préparer intelligemment, progressivement et collectivement.

Parmi les questions qu’ils entendent soumettre à la population, les CRE veulent savoir si les Québécois sont ouverts à de nouveaux développements hydroélectriques, comme celui de La Romaine, dans la mesure où ils s’inscrivent à l’intérieur d’une démarche structurée visant l’indépendance au pétrole d’ici 2030. Pourquoi ne pas chercher à utiliser notre électricité pour favoriser l’électrification des transports? L’arrêt des importations de pétrole pourrait-il s’avérer beaucoup plus profitable aux Québécois que les revenus générés par l’exportation de leur hydroélectricité? Quel rôle notre forêt peut-elle jouer sur le plan énergétique? Quelles balises environnementales et sociales devons-nous nous fixer? Quel est le réalisme économique d’une réduction de notre dépendance au pétrole?

C’est à ce débat visionnaire et collectif que le RNCREQ veut convier la population du Québec. Il compte à cet égard sur l’appui de nombreux partenaires qui partagent sans aucun doute le même enthousiasme envers cette initiative. Ces derniers contribueront à faire de cette démarche un véritable succès et permettront, dans leurs champs d’activité respectifs, de valider les enjeux économiques, sociaux et environnementaux de l’approche proposée. Un exercice des plus stimulants qui positionnera la société québécoise parmi les leaders de la planète quant à ce grand défi du XXIe siècle.

Les seize conseils régionaux de l’environnement (CRE) interviennent en faveur de la protection et de l’amélioration de l’environnement à l’échelle de chacune des régions administratives du Québec. Par leurs actions, ils cherchent à favoriser l’intégration des préoccupations environnementales dans les processus de développement régional. Pour eux, ce développement doit se faire dans le respect de la capacité de support des écosystèmes. C’est une condition essentielle au développement durable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s