Agro-carburants: marche arrière svp!

[R-C] Les députés fédéraux pourraient être appelés, lundi, à voter sur le projet de loi C-33 qui imposerait un mélange de 5 % d’éthanol à l’essence. La Coalition Québec-Kyoto exhorte les députés aux Communes à voter contre la mesure proposée.

Du point de vue de Québec-Kyoto, le projet de loi aurait pour effet de détourner la production de maïs, de blé et de canola canadiens vers la production d’agrocarburants.

Le porte-parole de la coalition André Bélisle affirme que l’application d’une telle mesure constituerait un virage désastreux au plan social et environnemental. La production d’agrocarburants implique l’utilisation de produits fertilisants, d’herbicides et de pesticides, qui ont un impact néfaste sur l’environnement.

M. Bélisle croit aussi qu’utiliser des denrées alimentaires pour propulser des voitures est odieux parce que des personnes dans le besoin ont toujours du mal à se nourrir convenablement.

Les environnementalistes favorisent, plutôt que l’éthanol, l’utilisation de graisses et d’huiles alimentaires usées et des résidus générés par l’agriculture et l’industrie forestière notamment pour produire des agrocarburants.

Une réflexion sur “Agro-carburants: marche arrière svp!

  1. À l’automne 2007 comme en 2006, sous l’impulsion d’un collectif, avait lieu à Bayonne, au mail Chao Pelletier, un grand « salon de l’agriculture locale » appelé Lurrama.

    Gigantesque succès ; les visiteurs ont pu constater la vivacité de l’agriculture locale, goûter les produits locaux, observer les animaux de la ferme. Cochons basques qui font de si bons jambons, brebis qui font de si bons fromages, etc. Tout un village associatif présentait également les techniques agricoles, les coopératives…

    Ce succès a dû vexer. Très certainement. Puisque, au même endroit (c’est troublant), la chambre d’agriculture, main dans la main avec la FNSEA organise un événement qui ressemble à du plagiat : la Ferme en Ville.

    Le souci, c’est que les organisateurs de cette manifestation en font une pâle copie. Quand on sait leur position relativement embarrassante en faveur des OGM et de l’agriculture intensive, il y a de quoi s’interroger sur la pertinence de cet ersatz.

    Des petits malins ont quand même bien vu le coup… Parce que, dans leur précipitation (peut-on dire « amateurisme » ?) les organisateurs ont certes réservé le domaine « fermeenville.fr », mais ont complètement oublié « lafermeenville.fr ». Quel dommage…

    L’occasion de présenter La Ferme en Ville sous un jour différent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s