Les agrocarburants qui donnent faim

[Greenpeace] Montréal, Canada — À première vue, les agrocarburants semblent offrir une bonne solution pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et notre dépendance aux énergies fossiles. La réalité est toute autre…

En fait, les agrocarburants pourraient faire augmenter les émissions de GES si on considère leurs effets sur la totalité de leur cycle de vie. Un chiffre est même avancé dans une étude de l’Université d’Édimbourg : les GES pourraient en effet croître de 50 à 70 % en raison des agrocarburants. Vaudrait donc soigneusement évaluer l’ensemble des effets environnementaux avant d’aller de l’avant.

De façon plus tragique, les agrocarburants aggravent la situation de l’accès à la nourriture dans plusieurs parties du monde. La situation est telle que des émeutes ont déjà eu lieu dans une trentaine de pays, dont en Haïti. Or, cette crise de la faim risque de s’amplifier à court terme.

Le monde n’est pourtant pas en situation de « pénurie » de nourriture, même si les réserves mondiales de grains sont officiellement à leur plus bas depuis près de 25 ans. En réalité, c’est l’augmentation spectaculaire des prix alimentaires qui prive de nombreuses populations pauvres de nourriture. Dans certains cas, le prix des denrées de base a presque doublé, et ce, du jour au lendemain. Comme les populations les plus pauvres de la planète consacrent une très grande partie de leurs maigres revenus à se nourrir, une telle augmentation des prix a pour résultat d’affamer ces populations et de les pousser aux émeutes du désespoir ultime.

Le projet de loi C-33 du gouvernement de Stephen Harper, qui pourrait être voté d’ici la fin du mois, va accélérer la promotion des agrocarburants en rendant encore plus facile et rapide la mise en place de l’objectif de 5 % d’éthanol dans l’essence au Canada. Si le projet de loi C-33 était adopté, le Canada contribuerait à la vague spéculative et inflationniste des prix alimentaires, ce qui aggraverait la crise alimentaire mondiale. Il importe donc que les députés fédéraux votent contre le projet de loi C-33 afin de permettre une réévaluation en profondeur des agrocarburants, comme le font à l’heure actuelle de nombreux pays et organisations internationales (voir ci-dessous).

[LeDevoir] Les Nations unies au complet se constituent en «cellule de crise»

Convaincus que la crise alimentaire mondiale risque d’infliger à l’ONU de graves revers en matière de lutte contre la faim, de maintien de la paix et de développement, le secrétaire général de l’organisation, Ban Ki-moon, et les dirigeants de 27 agences et fonds des Nations unies tentent d’ébaucher un plan d’action global. Au lendemain d’une réunion à huis clos tenue lundi à Berne, Ban Ki-moon a ainsi annoncé la création d’une cellule de crise destinée à répondre au défi alimentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s