Faillite du système

Cette crise alimentaire est surprenante … Personne ne l’a vu venir et pourtant ca semble si évident aujourd’hui… On s’est peinturé dans le coin, maintenant on doit affronter les démons! SURPOPULATION, SURCONSOMMATION.

UN body urges agriculture reforms to stave off food crisis

[Guardian] A UN body today called on world leaders to urgently reform farming rules to boost the state of global agriculture and prevent a food crisis that could threaten international security and the fight against poverty.

The International Assessment of Agricultural Science and Technology for Development (IAASTD) said in a report that failing to take action would put future generations in jeopardy.

Calls for immediate action have gathered momentum after riots in Haiti, Pakistan, Egypt and the Philippines as families struggle to feed themselves. Food prices have rocketed in recent months as climate change, China’s increasing consumption and the growth in biofuels intensify demand for limited supplies.

[Guardian] Sixty countries backed by the World Bank and most UN bodies yesterday called for radical changes in world farming to avert increasing regional food shortages, escalating prices and growing environmental problems.

But in a move that has led to the US, UK, Australia and Canada not yet endorsing the report, the authors said GM technology was not a quick fix to feed the world’s poor and argued that growing biofuel crops for automobiles threatened to increase worldwide malnutrition.

3 réflexions sur “Faillite du système

  1. Il n’est pas vrai que personne n’a vu venir la crise alimentaire que nous observons à présent. Dès que le prix de vente moyen de l’énergie a commencé à grimper (vers 2005) de nombreux citoyens ordinaires ont anticipé qu’une crise générale de grande ampleur (sans précédent et sans suivant dans toute notre histoire, concernant de multiples domaines d’activités incluant notre alimentation) débuterait puis s’aggraverait à partir du moment où ce prix dépasserait un certain seuil puis poursuivrait son ascension.

    La quantité annuelle de nourriture produite, ses coûts de production-distribution et son prix de vente au niveau des consommateurs sont progressivement devenus (dans la seconde moitié du vingtième siècle) extrêmement dépendants de la quantité annuelle d’énergie produite, du coût moyen de production-distribution de celle-ci et de son prix de vente final au niveau des utilisateurs. Et le couplage entre énergie et alimentation humaine s’est très fortement accentué depuis qu’il est devenu rentable, pour les agriculteurs, d’utiliser les sols pour produire de l’énergie plutôt que de la nourriture (biocarburants de première génération).

    Au cours du temps à venir (à l’échelle des années ou des décennies) la quantité annuelle d’énergie produite atteindra son apogée puis commencera son déclin. La production annuelle de nourriture et le nombre de bouches humaines qu’il sera possible d’alimenter co-évolueront de manière semblable et il est donc prévisible que Peak Energy (le pic de production énergétique), Peak Food (le pic de production de nourriture) et Peak Humanity (le pic de population humaine) seront à peu près simultanés. La crise générale que nous observons à présent ne fait donc que commencer ; elle est la conclusion logique du paroxysme explosif terminal débuté vers 1945 et concluant l’expansion phénoménale que notre espèce a amorcée il y a environ dix mille ans lorsqu’elle a commencé à produire sa propre nourriture.

    Tout cela est évident pour qui ne veut pas se voiler la face. Mais sont aveugles ceux qui ne veulent pas voir ou qui ne sont pas libres, pour diverses raisons, de reconnaître publiquement ce qu’ils concluent à partir de ce qu’ils voient.

    André Sautou

    http://peakhumanity.blogspot.com/

  2. J’ai mal exprimé mon idée. J’aurais du dire que personne n’avait prévu la vitesse à laquelle la crise alimentaire est arrivée.

    Évidemment que les liens entre le pétrole et les aliments étaient connus. Les lecteurs assidus de ce blog l’ont lus à de nombreuses reprises mais la violence et la rapidité de cette crise surprend même les plus pessimistes…

    Merci d’avoir noté l’inconsistance!

  3. S’il apparaît que personne n’a prévu la vitesse à laquelle la crise alimentaire est arrivée, c’est peut-être (au moins en partie) parce que de nombreux commentateurs sont devenus prudents par rapport à des prévisions annoncées avec trop de précision (notamment en ce qui concerne les dates). Après tout ce qui a été dit et écrit à la suite du rapport Meadows commandé par le Club de Rome en 1972, ils ont constaté que les détracteurs de telles prévisions sont généralement enclins à concentrer leurs critiques sur le fait que rien de ce qui a été prédit ne s’est produit selon les détails décrits et à la date précise annoncé, puis à conclure aussitôt, triomphalement, ignorant le fond essentiel, que ces prédictions se sont avérées fausses. Ayant alors conclu qu’il faut éviter de donner du grain à moudre à des triomphateurs aussi simplistes, et sachant aussi qu’il est impossible d’évaluer exactement les constantes de temps des évolutions qu’ils observent, ces commentateurs se gardent donc de fournir des détails précis en ce qui concerne les vitesses de ces évolutions.

    André Sautou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s