La crise de confiance des marchés financiers

DOSSIER

La crise de confiance des marchés financiers
Les bourses européennes et mondiales connaissent une forte instabilité depuis plusieurs mois. Elle s’explique notamment par les crises à répétition que connaît le système bancaire international. La presse européenne tente d’en tirer des leçons et de voir quelles solutions peuvent, à long terme, permettre de restaurer la confiance.
El Mundo (Espagne)
« La décision de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne de se mettre d’accord pour injecter des liquidités dans le système financier s’est avérée être une mesure insuffisante pour ranimer l’économie », explique le quotidien. « On peut dire aujourd’hui que les initiatives permettent de stimuler les Bourses quelques jours, mais le fantôme de la crise revient ensuite rapidement. (…) Le marché nous dit qu’il ne s’agit pas simplement d’une question de liquidités mais de confiance. La réalité est que les banques refusent de se prêter de l’argent et qu’il est chaque jour plus difficile d’obtenir un crédit aux quatre coins de la planète. (…) Et le problème, c’est que les doutes que connaissent les marchés commencent à toucher également l’économie réelle. »
Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne)
Gerald Braunberger ne voit pas pourquoi les banques nationales et les gouvernements devraient venir à la rescousse des banques, ce qu’a souhaité le 19 mars le directeur de la Deutsche Bank Josef Ackermann. Il a en effet expliqué que la crise actuelle bloque le pouvoir de guérison du marché. « Ici, il n’est pas du tout question de jalousie sociale. Nous ne devons pas oublier que les dirigeants des banques qui enregistrent de bons résultats gagnent des dizaines de millions d’euros par an. Les gestionnaires des fonds spéculatifs et des fonds d’investissement, quant à eux, gagnent encore plus. A l’heure actuelle, les dirigeants des banques se posent en défenseurs de la liberté du marché. Si l’édifice de la spéculation menace de s’effondrer comme un château de cartes, les banques d’émission et les contribuables doivent le remettre sur pied. Dans l’intérêt de la communauté, l’Etat n’a rien d’autre à faire. Toutefois, ces mesures de sauvetage sont préjudiciables à la réputation du secteur financier. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même s’il doit en appeler à une réglementation. »
L’Hebdo (Suisse)
Le chroniqueur Jacques Pilet estime que « la crise que nous vivons, la plus grave depuis les années trente, fait éclater au grand jour toute une chaîne de mensonges, l’incompétence de dirigeants arrogants et obsédés par leur fortune personnelle, l’impuissance des banques centrales et la docilité des opinions publiques qui trop longtemps ont cru aux fables qu’on leur servait. Mais le plus troublant est ailleurs. Les maîtres de la finance mondiale proclamaient une double foi : les Etats-Unis sont le modèle absolu de la réussite économique, le libéralisme absolu est l’avenir du monde. Cette approche théologique en prend un sacré coup. (…) Personne ne peut croire que, par elles-mêmes, les banques ‘mettront de l’ordre’, comme elles disent, dans un système qu’elles ont détraqué par leurs acrobaties irresponsables. Personne ne peut croire que les opinions publiques accepteront longtemps encore de panser les plaies des géants en puisant dans les budgets publics. »
The Economist (Royaume-Uni)
« Il a fallu des années pour construire l’édifice merveilleux de la finance moderne. Le monde n’avait qu’un week-end pour le sauver », écrit l’hebdomadaire. « C’était un effort herculéen et il a prévenu la catastrophe de la faillite d’une banque [Bear Stearns] qui aurait menacé de faire s’écrouler Wall Street. Pourtant, ce désastre évité de peu recèle deux messages troublants. L’un est analytique : le monde a besoin de nouveaux moyens de penser la finance et les risques qu’elle comporte. Le second est un avertissement : la crise a ouvert un nouveau chapitre dangereux. (…) Quelque chose d’important s’est produit à Wall Street cette semaine. Ce n’était pas seulement la fin d’une entreprise qui avait surmonté la Grande crise. Les financiers ont découvert qu’ils avaient créé une série de risques auquel le marché ne pouvait pas faire face. Ce n’est pas une raison de condamner le système dans son ensemble : il est bien trop utile. C’est le signe que les règles ont besoin d’être changées. »

Une réflexion sur “La crise de confiance des marchés financiers

  1. « Les financiers ont découvert qu’ils avaient créé une série de risques auquel le marché ne pouvait pas faire face. Ce n’est pas une raison de condamner le système dans son ensemble : il est bien trop utile. C’est le signe que les règles ont besoin d’être changées. »
    Le système a généralement bien fonctionné tant qu’une croissance économique suffisamment rapide permise par de l’énergie 1°/ produite à faible coût (EROEI élevé), 2°/ vendue à bas prix par les producteurs et 3°/ capable de satisfaire une demande croissante (3 caractéristiques simultanées) permettait à des investisseurs de réaliser des bénéfices réinjectés dans le système financier et contribuant de cette manière à entretenir cette croissance rapide. Aujourd’hui, la plus grande part de l’énergie est encore produite à faible coût mais ne peut plus être vendue à bas prix tout en satisfaisant une demande croissante. Un nouvel équilibre s’est établi mais avec une croissance qui sera probablement de plus en plus bridée, devenant ainsi de plus en plus instable au fur et à mesure que la part d’énergie produite à faible coût diminuera (tandis que la part produite à coût élevé augmentera), réduisant alors les capacités d’investissement de nos économies. Le problème majeur n’est donc pas de savoir s’il faut ou non condamner le système, mais plutôt de savoir si ce système pourra encore demeurer viable lorsque ces capacités seront devenues insuffisantes et ne permettront plus d’entretenir la croissance.

    http://peakhumanity.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s