Détroit de Kerch, épicentre d’une catastrophe environnementale

[Greenpeace] Nul doute désormais : le naufrage de cinq cargos survenu suite à la violente tempête qui s’est abattue dimanche 11 novembre sur la mer d’Azov et en Mer Noire, risque bel et bien de provoquer une catastrophe environnementale. L’armée russe est sur place et a commencé à dépolluer, mais les conditions météorologiques freinent l’organisation des secours et de nombreux marins sont portés disparus.

Du soufre…
La violente tempête qui sévit dans le détroit de Kerch, entre la péninsule ukrainienne de Sébastopol et la côte russe de Rostov, a déjà causé le naufrage de cinq navires : le Hajj Ishmail, un cargo battant pavillon géorgien et transportant 5 600 tonnes de ferraille, a sombré au large de l’Ukraine. Trois chimiquiers le
Volgodonsk, le Nakhitchevan et le Kovel, transportaient près de 7 000 tonnes de soufre et ont coulé 300 km plus à l’est, près de la ville russe de Port Kavkaz. Sur le plan environnemental, le soufre ne pose que peu de risques : il s’agit d’une substance qui n’est pas soluble dans l’eau. « Au contact de l’eau, le soufre va former une sorte de pâte épaisse qui se déposera au fond, explique Yannick Vicaire, responsable de la campagne Toxiques de Greenpeace France. A priori, il n’y a pas de risque de dispersion, les dégâts écologiques devraient être limités et localisés à ce qui aura été en contact direct avec le soufre. »

… mais surtout du fioul
Le risque de pollution aux hydrocarbures, due au naufrage d’un pétrolier russe est beaucoup plus préoccupant. Le navire, le
Volganeft-139 en service depuis 1978 et conçu à l’origine pour la navigation fluviale, transportait 4 000 tonnes de fioul lourd et s’est tout simplement brisé en deux. Près de 2 000 tonnes de fioul se sont déjà écoulées, souillant près de 30 km de côtes.
Cette marée noire menace très sérieusement la faune et la flore locales. «
Surtout à cette saison, remarque Stéphan Beaucher, responsable de la campagne Océans de Greenpeace France. En cette période de l’année, la région accueille des oiseaux migrateurs en route vers le sud, en particulier les plongeurs sibériens à col rouge ou à col noir, qui viennent de Sibérie pour passer l’hiver en Mer Noire. » De nombreux cadavres d’oiseaux mazoutés auraient déjà été ramassés. Le détroit de Kerch abrite également les tortues de la mer Noire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s