Au delà de la crise du pétrole, voici le crise alimentaire

Totalement prévisible et exactement prévu, nous voici dedans: au delà de la crise du pétrole, voici le crise alimentaire causée par l’explosion des prix du pétrole.

[Times] Is the world headed for a food crisis? India, Mexico and Yemen have seen food riots this year. Argentines boycotted tomatoes during the country’s recent presidential elections when the vegetable became more expensive than meat; and in Italy, shoppers organized a one-day boycott of pasta to protest rising prices. In late October, the Russian government, hoping to ease tensions ahead of parliamentary elections early next year, announced a price freeze for milk, bread and other foods through the end of January.

What’s the cause for these shortages and price hikes? Expensive oil, for the most part.

The United Nations Food and Agricultural Organization (FAO) reported last week that, at nearly $100 a barrel, the price of oil has sent the cost of food imports skyrocketing this year. Add in escalating crop prices, the FAO warned, and a direct consequence could soon be an increase in global hunger — and, as a consequence, increased social unrest. Faced with internal rumblings, « politicians tend to act to protect their own nationals rather than for the good of all, » says Ali Ghurkan, a Rome-based FAO analyst who co-authored the report. Because of the lack of international cooperation, he adds, « Worldwide markets get tighter and the pain only lasts longer. »

[Modernitudes] Voici ce que nous disions il y a 1 an, en octobre 2006:

Nous dépendons d’un pétrole à bon marché beaucoup plus qu’on réalise.

  1. Transport: Évidemment, nos autos Mais aussi tout ce qui est distribution des produits de consommation. Le transport aérien a également une dépendance importante.
  2. Agriculture/Alimentation: En plus du diesel pour l’équipement, nos engrais sont basés en grande partie sur les combustibles fossiles (gaz naturel). Sans ces engrais, la productivité sera évidemment moindre(50% de réduction). L’aspect distribution alimentaire. En moyenne ce que notre assiette contient a voyagé environ 1500 km. Finalement, la plupart des insecticides sont basés sur la chimie du pétrole.
  3. Plastiques: l’impact est ici colossal …

Voici ce qui se passe:

Les économistes appellent ca la destruction de la demande. Ca signifie qu’en augmentant les prix, la demande est détruite. En économie classique, ceci ramène une situation stable. Sauf que pour le pétrole, la destruction de la demande est en fait la destruction de sociétés (avec toute la misère humaine qui viens avec) et que pire, tout ca va commencer dans les sociétés les plus pauvres déjà lourdement piégées .

Mais éventuellement, ce phénomène va monter la chaine et toucher tout le monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s