Sainte-Marguerite de l’Utopie

[Info de la planète] Caché dans les replis des Appalaches, le premier écovillage du Québec à vocation touristique est en train de voir le jour. Une sorte de retour à la terre version XXIe siècle.

L’idée est dans l’air du temps. Partout sur la planète, des écovillages ont vu le jour dans la foulée du Sommet de la Terre à Rio, en 1992. L’ONU avait alors encouragé une initiative proposée par une ONG danoise, le Gaia Trust, visant à promouvoir, comme mode de développement durable, l’établissement de petites collectivités (quelques dizaines de personnes) économiquement viables et fondées sur des valeurs écologiques et sociales. Le concept d’écovillage était né. Ni sectes ni kibboutz, ces collectivités adhèrent pour la plupart au Réseau mondial des écovillages – organisme qui facilite l’échange d’expériences et de formation entre personnes intéressées par le principe, et qui compte déjà près de 350 villages membres.
Certains écovillages, comme Findhorn en Ecosse – considéré comme un modèle –, sont des descendants directs des “communes” nouvel âge nées dans les années 1970, à l’époque du grand retour à la terre. D’autres, comme BedZED, en Angleterre, ont été conçus dans les années 1990 selon les principes de l’écoconstruction. Au Canada, environ 35 villages sont en cours de démarrage, dont 9 au Québec (en comptant celui du mont Radar), selon les chiffres compilés par le Réseau canadien des écovillages.

R-C

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s